Jaunay Clan
en résidence en Mayenne en 2009 / 2010

Présentation de l'auteur

Née à Rochefort-sur-Mer, Jaunay Clan poursuit des études de philosophie à Poitiers, puis rentre à l'Institut d'Études politiques à Bordeaux. Diplômée, elle se consacre très vite à l'écriture, travaille l'écriture poétique pendant une dizaine d'années, puis produit un spectacle de poésie qui se jouera en France, en Arménie et au Japon. Jaunay Clan publie 3 recueils de poésie : A la patience du temps en 2000 avec le soutien du Théâtre Berthelot de Montreuil, Le gardien de la nuit en 2002 avec le soutien de la DRAC de Guyane, et L'écorce du midi en 2004 avec le soutien du Théâtre du Lucernaire.

En 2003, Jaunay Clan est en  résidence d'écriture au Japon autour de la thématique : Sur les pas de Saiygio et de Basho

"Je suis partie en résidence d'écriture au Japon, avec dans mes bagages, les poèmes de Basho, de Saiygio et les romans de Mishima. Et c'est tout naturellement que j'ai délaissé la résidence pour partir à pied vers la « route étroite » dont parle Basho, qui part de Tokyo jusqu'au Nord du Japon . Empruntant cette route, j'ai marché dans les pas de ces poètes, dormi dans les temples où Saigyo et Basho s'étaient endormis, et quelquefois par pur hasard, la « route étroite » se transformant ainsi en la « route des songes flottant ». Au fur et à mesure, j'ai écrit des textes-poésies » autour du voyage, de ces auteurs, et sur la vision que j'ai eu de ce Japon poétique, littéraire et actuel. " Jaunay Clan

En 2007, Jaunay Clan publie, aux éditions L'Harmattan, son premier roman Milosz ou l'idiot magnifique pour lequel elle est invitée au Festival du Premier Roman de Laval. En 2008, Jaunay Clan publie son deuxième roman, Nostoc 15 h 58, toujours aux éditions L'Harmattan.


Résidence

En résidence d'écriture en Mayenne en 2009/2010 à l'initiative de Lecture en Tête, Jaunay Clan s'est attachée à l'écriture de son troisième roman Portes, paru en janvier 2010 aux éditions l'Harmattan.

4ème de couverture
Quelque part en Haute-Saintonge, une enfant parle aux arbres et regarde avec curiosité le monde des adultes… Pour ses parents, elle est une petite chose dénuée d’intérêt ; à l’internat, elle n’est qu’une "petite folle". Jeune fille, refusant les conventions, incapable d’exercer son professorat, elle sera envoyée pour repos sur la presqu’île de Saint Yves. Quelles incidences les "petites mises à l’écart", les jugements des autres ont-ils sur notre vie ? Une libraire originale, un horloger arménien passionné de cinéma, Max, son  livreur, lui inspireront des moments de bonheur. Or la raison de la jeune femme s’altère; un fait troublant survient l’obligeant à s’enfermer. Max reste son seul lien. Lui que l’on appelait l’abruti à l’école,  essaie de comprendre.


  Mot de l'auteur
" J'arriverai le cinq octobre deux mille neuf pour la  résidence d'écrivain en Mayenne. Une résidence d'écrivain. Ma part d'enfance qui s'est grandie avec des romans d'aventure, exulte et me témoigne une joie triomphante. Qui aurait imaginé que cet enfant, aux poches alourdies par Tom Sawyer et L'ile au trésor, couché entre les rangs de vigne sous la chaleur écrasante de Haute Saintonge, fuyant l'école comme on fuit la peste, serait un auteur invité en résidence en Mayenne. L'histoire commence avec Milosz ou l'idiot magnifique, remarqué par Lecture en Tête et invité pour le Festival du Premier Romanb de Laval. J'arrive mais aussi je reviens au commencement de la reconnaissance de Milosz l'idiot, pour poursuivre non seulement ce travail mystérieux de l'écriture, mais aussi pour des rencontres autour des livres, de la littérature, par conséquent autour de l'acte de lire. Que ces rencontres, avec simplicité et bonheur, nous emmènent lors de nos échanges à agrandir encore et toujours plus nos imaginaires. "
Jaunay Clan



Bibliographie

Milosz ou l'idiot magnifique
éditions L'Harmattan, 2007

Dans ce roman, Jaunay Clan raconte la bêtise des hommes, le droit à la différence, l'amour. Elle a reçu, pour son premier roman, le Prix de la création littéraire-Prix des Mouettes et le Second Prix de Saint-Germain-en-Laye.

«... Ce fut les yeux fermés qu'il se dirigea vers Louise, comme un aveugle qui connaît les moindres recoins d'une pièce, chaque encoignure de meuble. il arrivait maintenant à hauteur du lit. On lui prit la main, doucement, ensuite, terriblement. On l'attirait contre lui et les yeux toujours clos, il s'abandonna. Ils restèrent ainsi, dans un pur instant d'éternité. Et l'éternité ne fut pas de trop. " On l'a surnommé l'idiot, et elle la vieille fille. La bêtise des hommes les a séparés. Désormais il vit seul à Désert-Plaisance, quant à la vieille fille, à Saint-Alban, elle s'est enfermée dans sa folie...»

 


Nostoc 15 h 58
éditions L'Harmattan, 2008


Dans ce roman, elle aborde les tourments d'un homme partagé entre le bien et le mal, en lutte perpétuelle contre son double. Elle a obtenu, pour son deuxième roman, le Prix de la Gâtine et le Prix du livre en Poitou-Charentes.

« Nous sommes, pour quelques instants, au vingt et unième siècle. Le héros, Lortess, serait un homme ordinaire s'il n'était tourmenté par l'idée du bien et du mal. Il tente de lutter contre une partie de lui-même. Mais son double n'est pas prêt à se laisser déposséder. Ce corps-à-corps va plonger Lortess au coeur du Moyen-Âge : il connaîtra le souterrain de Chartres et le souffle de la Wouivre, l'errance sur les vielles routes de France, puis trouvera refuge, en l'abbaye de Cluny, dans l'antre d'un alchimiste. La peste survient et l'entraîne à Saint-Malo. »